Voyage au pays du coton

Les voyages Suisse – Paris en pleine période de grèves des transports ont quelque chose de navrant (et d’onéreux : je me suis ruiné en taxis… quand j’en trouvais, et en train la première classe était de mise car étant la seule classe disponible, vu la cohue engendrée). Mais passons.

Un point heureusement positif en ces temps que l’on souhaiterait d’un autre âge, c’est que l’on peut s’adonner à la lecture. L’amoncellement de nouveaux titres sur les étals des libraires est saus aucun doute déconcertant, et l’on peut passer plusieurs heures à trier, soupeser, mettre en doute l’éditeur inconscient, lorsque l’on est face à ces monceaux d’ouvrages, souvent de mauvaise facture et destinés au lecteur pressé, en manque de sensations ou de sensualité. Parfois, cependant, émergent quelques bonnes feuilles du lot d’insipidités.


Devant tuer le temps pendant près de deux heures hier à la gare de l’Est, j’ai pu fureter dans les rayons de la petite librairie Payot qui a eu l’excellente idée de s’installer là, rehaussant un tant soit peu le niveau de la presse pipole abondamment et ostensiblement présentée dans les innombrables kiosques à journaux, navrante illustration de la réalité nécessaire à la cul-ture du citoyen lambda.

Après une bonne demi-heure passée à découvrir les pires nouveautés littéraires, j’ai retenu quelques ouvrages, et me suis décidé à en acquérir un, pour en savourer le contenu durant les quelque trois heures de temps à passer dans l’un des rares tégévés non immobilisés par le phénomène de la grève.

Le premier ouvrage est un beau livre traitant de l’histoire de l’amour à travers les âges et les frontières. Aucune vulgarité, et aucun lien proche ou distant avec un quelconque ouvrage traitant du kamasutra ; cet ouvrage relate les différentes approches de l’amour et du mariage selon les époques, les moeurs. De la polyandrie à la monogamie en passant par les mariages politiques et stratégiques, on y apprend le symbolisme de l’amour, les rituels et traditions, et l’aspect philosophique de la chose.  Je vous prie de pardonner mon oubli, impossible de me rappeler l’auteur de l’album. Il s’agit pourtant d’un personnage connu. Le livre est assez grand, la couverture est jaune, vous le retrouverez sans souci dans les rayonnages vu qu’il est en ce moment à la une, et bien souvent présenté en tête de gondole. Je ne l’ai cependant pas acheté.

Mais venons-en au coeur du sujet. Connaissez-vous Erik Orsenna ? Académicien, amoureux des voyages et des belles lettres. Un passionné, j’en suis certain. Son dernier ouvrage a retenu mon attention, et je ne suis pas le seul vu qu’il a tout de même reçu le prix du livre d’économie 2007. « Voyage au pays du coton, petit précis de mondialisation« , est une narration des différents voyages effectués par Eric Orsenna à travers le monde, dans le cadre d’une enquête concernant le coton. Excellente description des différentes méthodes de production de ce végétal à travers le monde, mais également de la mentalité des producteurs… Très révélateur et à juste titre inquiétant voire révoltant, on y apprend toutes sortes de choses au sujet des diverses manipulations génétiques actuelles (un tiers de la production cotonnière, et oui !) et à venir (le croisement de méduses et d’araignées avec du coton, ça existe déjà, et ça fait froid dans le dos), des méthodes de production, des usages insoupçonnés de ladite plante, etc…

Je ne peux que vous recommander l’achat et la lecture de son livre. On m’a dit que ses autres ouvrages étaient également à la hauteur. En tout cas son site Internet est agréable à voir !

Bonne lecture.

No Comments »

Bruno Kerouanton on novembre 19th 2007 in Culture

Trackback URI | Comments RSS

Laisser un commentaire