Vivre dans les champs… magnĂ©tiques !

Je pensais publier cela en dĂ©but de semaine derniĂšre mais mes activitĂ©s professionnelles ont eu raison de mon temps 😉

Une nouvelle importante de la cĂ©lĂšbre firme Intel m’a intĂ©ressĂ© au plus haut point. L’allumage d’ampoules de 60W, et cela sans fil, sans batteries… juste par induction.

L’idĂ©e n’est pas nouvelle, certes, mais selon les chercheurs d’Intel, ils auraient rĂ©ussi Ă  transfĂ©rer de l’Ă©lectricitĂ© par induction sans danger pour l’ĂȘtre humain. Personnellement, mĂȘme si il l’affirment, je n’aime pas trop l’idĂ©e de me trouver au beau milieu d’un champ d’induction permettant d’allumer des lampes de 60W ; il y a un cĂŽtĂ© peu rassurant, non ?…

L’annonce officielle d’Intel est ici, et on y lit la vision Ă  40 ans de leurs dirigeants, qui ne prennent pas beaucoup de risques en racontant cela – ils seront certainement en retraite, et peut-ĂȘtre dĂ©jĂ  plus de ce monde pour assumer ces nouveautĂ©s technologiques bĂ©nĂ©fiques ou malĂ©fiques, l’avenir nous le dira ! Sur le contenu de cette annonce, pas de quoi casser une patte Ă  un canard, ils annoncent des banalitĂ©s du genre « l’informatique sera omniprĂ©sente, et changera de forme par rapport Ă  ce que l’on connait de nos jours ». Seul point intĂ©ressant, en fait : leur Wireless Resonant Energy Link (WREL), qui permet de transfĂ©rer de l’Ă©nergie Ă  distance et qui semble dĂ©jĂ  fonctionnel puisqu’ils le CTO d’Intel Justin Rattner a fait une dĂ©monstration du systĂšme la semaine derniĂšre lors du forum annuel des dĂ©veloppeurs Ă  San Francisco.

En gros, si j’ai bien compris, il s’agit d’une grosse boucle d’induction, qui transforme l’Ă©nergie Ă©lectrique en champ magnĂ©tique, et de l’autre cĂŽtĂ© on fait le contraire, ce qui permet de restituer l’Ă©nergie pour allumer la fameuse lampe, ou un ordinateur portable par exemple. Cela existe dĂ©jĂ  dans le domaine de la cuisine avec les plaques Ă  induction vitrocĂ©ramiques, mais ce qui est nouveau, c’est que l’on ne parle plus de centimĂštres mais de distances de l’ordre du mĂštre ou plus.

Ils ont dĂ©jĂ  plein d’idĂ©es, chez Intel. Par exemple se dĂ©barrasser de tous les cĂąbles et fils d’alimentation pour avoir des ordinateurs et PDA *vraiment* sans fils, y compris pour l’Ă©lectricitĂ©. Ainsi, ils imaginent que les aĂ©roports et lieux publics seraient Ă©quipĂ©s de telles boucles d’induction pour alimenter les ordinateurs des alentours. On pourrait faire de mĂȘme Ă  la maison ou au bureau.

Cela me rappelle d’ailleurs la RFC 3251, qui avait dĂ©frayĂ© le chronique en son temps car dĂ©jĂ  en 2002 il s’agissait de transporter de l’Ă©lectricitĂ© en se servant de paquets Tcp/IP, pour allumer une lampe. Rien Ă  voir avec les technologies de PoE (Power over Ethernet, ou 802.3af), puisque cette norme Ă©voquait plus le principe du Power over Internet ! Pour en finir avec cette croustillante RFC 3251, je vous laisse la lire en intĂ©gralitĂ©, elle vaut son pesant de cacahuĂštes surtout avec ses acronymes :

  • VPN: Voltage Protected Network
  • RSVP: Rather Screwed-up, but router Vendors Push it - an IP signaling protocol.
  • CRLDP: for CRying out Loud, Don't do rsvP - another IP signaling protocol.
  • etc.

Mais trĂšve de plaisanteries, revenons Ă  nos moutons, qui brouteront bientĂŽt paisiblement dans de vastes champs… magnĂ©tiques.

Face Ă  une telle annonce, j’ai plusieurs interrogations. ForcĂ©ment tout d’abord celle de l’incidence sur la santĂ©. Nos fameux chercheurs semblent convaincus de l’innocuitĂ© de la solution car il s’agit de champs magnĂ©tiques et l’ĂȘtre humain n’est pas sensible Ă  ces derniers. Il me semble pourtant que de nombreux animaux soient sensibles aux champs magnĂ©tiques, ne serait-ce que les oiseaux migrateurs. Il sera intĂ©ressant de voir quelles consĂ©quences pourront survenir alors, mĂȘme si il est fort probable que ces champs d’induction seront localisĂ©s.

Ma seconde interrogation repose sur l’innocuitĂ© de la solution pour les objets… Il m’est arrivĂ© plus d’une fois d’avoir ma piste magnĂ©tique de carte bancaire ainsi que mes tickets de mĂ©tro dĂ©magnĂ©tisĂ©s par mon holster de tĂ©lĂ©phone Ă  la ceinture, qui a des aimants trop puissants. Je me doute bien que si l’on veut transporter 60W de puissance Ă©lectrique mĂȘme Ă  quelques mĂštres de distance, compte-tenu de la dĂ©perdition et du fait que le rayonnement ne soit pas focalisĂ© (je suppose), le champ magnĂ©tique doit ĂȘtre furieusement intense, et je n’ose pas imaginer l’Ă©tat des pistes magnĂ©tiques des cartes bancaires, tickets de mĂ©tro et autres disquettes (bon d’accord ça n’existera plus!) qui entreraient dans le champ. Si ça se trouve, cela pourrait mĂȘme faire office de dĂ©gausseur pour effacer les disques durs… Pratique pour Ă©viter les fuites de donnĂ©es comme celles qui ont fait parler d’elles grĂące Ă  cause d’Ebay rĂ©cemment.

Je suppose que d’ici la commercialisation de tels inducteurs, il y aura quelques Ă©tudes et autres vĂ©rifications, mais si c’est comme avec la tĂ©lĂ©phonie mobile ou le WiFi, l’engouement pour la libertĂ© de mouvement risque fort de passer avant les prĂ©occupations sanitaires.

Dernier point qui n’engage que moi : quand je travaillais sur les terminaux GSM chez Alcatel en 1999, je souffrais parfois de maux de tĂȘtes en fin de journĂ©e. Il faut dire que je travaillais directement Ă  la mise au point en utilisant des BTS de labo qui rayonnaient Ă  30W de puissance. L’Ă©quipementier, craignant pour notre santĂ© nous avait fourni des boĂźtes de Faraday pour y mettre les tĂ©lĂ©phones Ă  tester, le rayonnement de la BTS arrivant directement dedans via un cable coaxial (blindĂ© par dĂ©finition). Seulement voilĂ … comment faites-vous pour manipuler les menus sur un tĂ©lĂ©phone portable qui est enfermĂ© dans une boĂźte ? Pas d’autre solution que d’ouvrir celle-ci et d’y glisser la main pour atteindre le clavier. Alors nous nous retrouvions avec la main dans la cage, si j’ose dire. Et bien sĂ»r celle ci n’Ă©tant pas fermĂ©e, nous absorbions une partie du rayonnement. Mais c’est la vie des chercheurs et des ingĂ©nieurs, n’est-ce pas ?! Tout technicien tĂ©lĂ©com ou travaillant dans le domaine des transmissions et des radars le sait, il ne faut pas s’exposer directement face aux Ă©metteurs, il y a suffisamment d’Ă©tiquettes et de panneaux sur ces Ă©quipements qui le mentionnent ; et la durĂ©e d’exposition est rĂ©glementĂ©e. Je vous laisse lire la trĂšs intĂ©ressante directive europĂ©enne sur les CEM Ă  ce sujet, qui explique tout cela en dĂ©tail.

Pour ce qui est du GSM, donc, je pense qu’il y a risque si l’on se trouve Ă  proximitĂ© d’une station de base, oĂč si l’on reste des heures avec le tĂ©lĂ©phone collĂ© Ă  l’oreille. Pour le Wi-Fi, je suis beaucoup moins inquiet en fait. Les frĂ©quences sont certes plus proches des bandes micro-ondes mais la puissance est rĂ©duite (enfin tant que l’on respecte le droit europĂ©en et que l’on achĂšte pas d’Ă©quipements surpuissants interdits Ă  la vente du moins en thĂ©orie, et l’on ne colle gĂ©nĂ©ralement pas son oreille directement sur l’antenne de l’Ă©metteur WiFi… Pour le BlueTooth, et plus prĂ©cisĂ©ment des oreillettes, je ne sais pas me prononcer.

Dernier point relatif Ă  ces histoires d’ondes et qui m’intĂ©resse, le projet HAARP et ses dĂ©rivĂ©s (et dĂ©rives…) mais il mĂ©riterait un billet Ă  lui tout seul !

Allez, bonne journĂ©e, profitez bien des rayonnements… de soleil tant qu’il fait encore beau 😉

Ce contenu a été publié dans General. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 rĂ©ponses Ă  Vivre dans les champs… magnĂ©tiques !

  1. Yann dit :

    Hein Bruno, tout le monde respecte le droit europĂ©en 🙂

    J’ai profitĂ© d’ĂȘtre Ă  la DefCon pour m’en acheter une, et je dois dire que, mĂȘme si je suis tout Ă  fait d’accord avec ton analyse sur le rayonnement, c’est sacrĂ©ment pratique 😉

    En tout cas ce « Power over Wireless » me laisse songeur…

  2. marc dit :

    Mouhahahawaha ! « équipement surpuissant » Ă  500 mW en 2400…. ROTFL…
    Et moi qui me dit que mes 40 W PEP sont lĂ©gĂšrement trop faibles (40 W PEP… parce qu’avec les 28 dB de gain de l’antenne, je n’ose faire un dessin….. mouahahaharfl !)
    surpuissant… j’en ai encore mal aux cotes… merci Bruno pour ce moment de franche hilaritĂ©.

    Bon, ceci pour dire que y’en a qui utilisent ce genre d’extension WiFi pour une simple raison : c’est pas cher, et les drivers sont directement compatibles avec les dĂ©veloppements d’Aircrack, toutes versions confondues. Mais Aircrack, c’est essentiellement de la rĂ©ception, du moins dans sa phase numĂ©ro 1. Et lĂ , la puissance ne sert Ă  rien. « tant vaut la station, tant vaut l’antenne » dit un vieux proverbe. Une shorted backfire, un petit rĂ©seau d’antennes carreau mises en phase, une « boite de ricoré » pour illuminer une parabole (la ricorĂ©e seule n’est qu’une vaste plaisanterie)… a chacun ses armes.

    Je partage totalement ton point de vue sur le « principe de prĂ©caution » relative aux champs magnĂ©tiques intenses. Tant qu’il n’y aura pas d’Ă©tude Ă©pidĂ©miologique sĂ©rieuse prennant en compte les cas extrĂšmes, les chargeurs de batteries magnĂ©tiques devront demeurer Ă  l’intĂ©rieur d’une bonne cage de faraday.

    enfin, il me semble, indeed.

  3. HĂ©hĂ©, Marc… bon je comprends ton hilaritĂ© en lisant mes propos, et tu sais que je partage ton avis, car on connaĂźt ce domaine tous les deux. Mais cependant j’insiste et rĂ©itĂšre, car sur le plan lĂ©gal 500mW pour ce type de frĂ©quences c’est trop si l’on en lit les textes de loi. Du moins pour les particuliers. AprĂšs, on peur faire beaucoup plus selon son statut et les circonstances. Si on prend Haarp par exemple, on est dans ordre de grandeur totalement dĂ©mesurĂ©, mais ce n’est pas pour les particuliers, et pas sur les mĂȘmes bandes de frĂ©quences. Bref, on prĂ©fĂšre calmer le jeu pour le public en limitant au maximum, sait-on jamais… Cela Ă©tant, tu as raison c’est une carte qui est totalement compatible aircrack-ng, un coup de liveCD/USB BackTrack3 et hop c’est parti !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *