Voyage dans l’infiniment petit

La question qui se pose à chaque fin d’année, est de trouver un cadeau sympathique, ludique et pratique… Pas toujours facile ! Les catalogues de jouets font souvent mention de jouets dits éducatifs à vocation « scientifique ». Force est de remarquer que ceux-ci relèvent plus souvent du gadget que l’on mettra au placard deux semaines après Noël, que de l’accessoire vraiment utilisable. En ce début de mois, une discussion familiale  s’est instaurée autour de l’acquisition d’un microscope.

Certains magasins de jouet proposent des

mallettes avec microscope et accessoires pour 30 à 45 euros, et un grossissement allant jusqu’à  x1200. Cela peut en attirer certains mal informés, surtout parmi les enfants ou les parents qui souhaiteraient que leur progéniture se lancent dans la grande aventure scientifique sans qu’eux-mêmes aient eu cette chance. Malheureusement, il faut se dire que pour un tel prix, il faut s’attendre à ce que la qualité ne soit pas au rendez-vous, et que l’usage de la chose soit plus frustrante qu’autre chose, allant alors jusqu’à provoquer l’effet inverse : une aversion de l’enfant aux-dites merveilles de la science pourtant promises.

Le choix d’un microscope

Premier constat : allez faire un tour chez les fabricants de microscopes professionnels, et comparez les prix… un microscope digne de ce nom, à grossissement x400 vaut déjà plus de 400 euros ! Alors, on peut rapidement se douter que derrière l’annnonce d’un microscope x1200 à 35 euros, il y a quelques défauts.

Tout d’abord la qualité de l’optique. Lentilles en verre ou en plastique ? Alignement des optiques ? Ca change bien évidemment du tout au tout… Pour obtenir un grossissement de x1200, il s’agit d’un oculaire x30 et d’un objectif x40, ce qui donne en effet le x1200 attendu. Mais il faut pour cela que la pureté des éléments soit au rendez-vous, et, bien entendu, tenir compte du fait que plus l’on grossit plus les contraintes sont élevées. Un éclairage par miroir est très médiocre alors qu’un éclairage intégré au microscope change entièrement la donne. Une structure en métal et lestées est bien plus stable qu’un cadre en plastique ; point crucial si l’on pense qu’à x1200 la moindre vibration fait tout bouger et rend la visualisation pénible. Un microscope digne de ce nom est également muni d’une optique à 45°, permettant de regarder sur de longues périodes sans se tordre le cou, etc. Bref, tout plein de choses qui expliquent pourquoi un microscope professionnel, ou même  tout simplement destiné aux écoles, est plus onéreux. Mais franchement, que préférez-vous ? Motiver un enfant en lui permettant de voir de « belles » choses avec un appareil digne de ce nom, ou lui acheter un jouet de piètre qualité qui le dégoutera à tout jamais de cela ?

Microscope ou loupe binoculaire ?

Un autre point non négligeable, une fois que l’on s’est fixé sur l’idée d’offrir un appareil pour voir les petites choses, est de savoir lequel. Je ne pense pas aux nombreuses marques d’équipement allant du plus simple au plus cher (Zeiss, Leica par exemple sont excellents, mais à un prix inabordable !), mais au type d’appareil. On ne songe pas toujours lors de tels achats à la facilité d’utilisation et à l’attrait potentiel. Un microscope nécessite beaucoup plus de préparation lors de l’utilisation : on ne peut voir que des préparations sous lames de verre, éventuellement colorées ou traitées préalablement avec un réactif, ayant une épaisseur de quelques dixièmes de millimètres, etc. Vous imaginez réellement un enfant prendre du plaisir avec tout cela ? Le tout pour finalement voir une cellule sanguine ou de feuille auxquelles il ne comprendra probablement pas grand chose ? Autant lui montrer sur Internet des résultats tout aussi bons et photographiés ou filmés par des professionnels bien équipés, tels que ceux que l’on trouve sur l’excellent site de Nikon ou d’Olympus. Tiens, si vous vous intéressez malgré tout à la microscopie, je vous conseille ce très bon site amateur qui détaille chacun des éléments d’un microscope de qualité… vous vous rendrez-compte assez rapidement pourquoi un bon appareil monte très vite à plusieurs milliers d’euros et que son utilisation est loin d’être triviale.

Après discussion avec ma voisine du dessus (qui travaille dans le domaine de l’instrumentation pour la recherche pharmaceutique, autant dire que je ne pouvais pas mieux tomber), il est clair que l’achat d’un microscope n’est guère justifié pour un particulier, à moins d’être passionné ou d’avoir un travail précis (de thèse?) à réaliser. Les différentes discussions sur des forums Internet ont fini de me convaincre : l’achat d’un microscope pour un enfant est souvent une erreur à ne pas faire. En revanche, avoir chez soi une loupe binoculaire, au nom plus exact de stéréomicroscope, est digne de rendre de plus grands services.

Tout d’abord, le stéréomicroscope, comme son nom l’indique, possède deux oculaires permettant un confort visuel en 3 dimensions, le relief venant s’ajouter lors de la vision. Quel plaisir ! D’autre part, il permet d’observer de petites choses visibles, ce qui est bien plus utile et ludique. Des grains de sel et flocons de neige à la texture du papier, des ailes de papillon ou de la tête d’une mouche, en passant par la texture de la purée, d’un bifteck ou d’un tissu, de feuilles et pétales ou de grains de blé , tout un monde à explorer s’avère disponible, sans préparation complexe, et procurent des sensations exaltantes pour le scientifique en herbe qui peut alors « expérimenter » sans limites…

Le grossissement de base est de x20 ou x40, en fait largement suffisant pour procurer de belles sensations de découverte… Si vous avez cliqué sur le lien précédent du site de Nikon où l’on voit les gagnants du concours d’images, avez-vous remarqué que la plupart des belles choses ont été prises avec un grossissement allant de x10 à x40 ? Et oui, après, on passe en microscopie et ce n’est plus du tout pareil car il faut des équipements lourds (fluoroscopie, laser, etc.) pour avoir un beau rendu. Conclusion : trop grossir gâche le plaisir.

Où se procurer une loupe binoculaire ?

J’ai trouvé quelques sites qui proposent par correspondance ou en magasin de tels appareils ; mais tous sont spécialisés en optique de l’infiniment petit et grand, en voici quelques uns qui livrent en France :

Deux de ces trois magasins proposent en fait des téléscopes et instruments d’astronomie, mais ont également dans leur gamme des microscopes et loupes binoculaires (les fabricants de téléscopes savent aussi faire des microscopes), tandis que Naturoptic s’est d’abord spécialisé sur les microscopes avant de proposer des téléscopes. Mais le principe est le même ; il s’agit de sociétés d’opticiens spécialisés, en fait. Tout proposent de la bonne qualité : optique verre, cadre métal, qualité « pro »… rien à voir avec les jouets en grandes surfaces. Et pourtant le coût n’est pas si élevé puisque l’on trouve des premiers prix de qualité à 50 ou 60 euros , bien préférables aux jouets jetables…

Le stéréomicroscope PERFEX bi-éclairage LED Edu 3.0

Pour ma part, après avoir longtemps comparé les différentes offres et modèles, je me suis rabattu pour une binoculaire de bonne qualité chez Naturoptic, ses caractéristiques d’une part me convenaient, et d’autre part le magasin livre en Suisse…. et soustrait la TVA française du prix à payer dans ce cas, ce qui mérite franchement le détour (19.6% de moins sur le prix, c’est toujours ça !)

Tant qu’à acheter un stéréomicroscope, j’en ai pris un qui pourra servir longtemps. La binoculaire Perfex bi-éclairage LED Edu-3.0 est à 200 euros, certes, mais est robuste, possède une finition « pro » (oculaire orienté à 45°, etc.), propose deux éclairages à LED, l’un situé sous l’échantillon, et l’autre dessus ; activables séparément, afin de pouvoir choisir entre lumière réfléchie ou réfractée. Ces gammes d’appareils permettent aussi d’interchanger les objectifs et oculaires, car ils sont aux normes, et l’on trouve ainsi des choix d’optiques de substitution pour changer le grossissement en fonction des besoins. Enfin, et c’est la cerise sur le gâteau, j’ai profité de l’offre incluant un oculaire « caméra couleur USB » permettant de remplacer l’un des oculaires par cet accessoire bien sympathique, et de faire des prises de vues numériques des belles découvertes… flocons, feuilles, circuits intégrés… je me réjouis d’avance ! Il a certes quelques défauts que critiqueront les amateurs passionnés et donc exigeants (je vous conseille de lire leur forum, au passage… très très instructif), tels que l’absence de zoom, mais bon, celui-ci double le prix, alors bon, on se fait une raison.

L’avis des internautes a été également l’élément déclencheur pour l’acquisition de ce modèle : plus de 910 pour les acheteurs de la chose, dont au moins un utilisateur l’ayant utilisé pour sa thèse. Idem pour la caméra, qui semble très correcte malgré son très faible prix. C’est de la basse résolution avec 640×480, mais les caméras mégapixels pour microscopes valent bien plus, entre 300 et 1400 euros ! Alors soyons raisonnables, c’est déjà bien).

Ne sachant pas si j’écrirai un autre billet avant les fêtes, je vous souhaite déjà une belle et joyeuse fin d’année, et espère faire plein de belles images de Noël comme celles-ci !

Comments

Comment by Electrophysiologie on 2011-11-16 14:16:25 +0200

Ce post est vraiment bien rédigé et de surcroit carrément bien compréhensible.Je me permet de le blogger …!