Paris, paris !

Histoire de donner quelques nouvelles (depuis le temps), voici quelques photos et impressions de quelques jours passés sur Paris ! Comme certains le savent, la fin du mois de novembre est pour moi le « rituel » annuel de passage sur Paris, car j’y donne mes habituels cours à l’Ecole des Mines de Paris, en collaboration avec HEC.

La semaine précédente, j’avais également eu l’occasion d’y faire un saut le temps d’une journée passée à Polytechnique, mais c’était en coup de vent. Je n’avais mis les pieds sur Paris que quelques heures, le temps de rejoindre le métro afin d’aller chez des amis ayant eu la gentillesse de m’héberger. Cette journée à Palaiseau, organisée sous le patronage du Ministre de la Défense, était consacrée à l’intelligence économique, et le défi du numérique. Invité en tant que membre du Club des Vigilants, j’y ai croisé et rencontré des personnes intéressantes, mais suis resté sur ma faim en ce qui concernait le thème, sujet pour moi déjà connu et aboutissant à une impasse si l’on considère l’orientation prise par les européens en la matière. D’ailleurs, cela rejoint en majeure partie les points que j’évoquais dans mon précédent billet.

Mais retournons aux activités de cette semaine…

Paris by night

Après un long trajet en train vers Paris, me voilà en balade, avec le plaisir de revoir la ville-lumière comme il se doit : La Seine et ses ponts, la tour Eiffel et ses illuminations. Il est vrai que le soleil se couche tôt fin novembre !

 

Bref passage à l’Académie française, car comme vous le savez j’affectionne particulièrement Canal Académie, puis à la Monnaie de Paris pour y faire mon shopping : une belle médaille « Cosmos » qui repose désormais sur mon bureau.

 

La Compagnie de Bretagne : un régal !

Après prise de possession de ma chambre d’hôtel rue Gay-Lussac (près du jardin du Luxembourg) pour y déposer mon bagage, me voilà en route pour le repas du midi, ou j’étais invité à rejoindre la webmastère éditoriale du Club des Vigilants pour faire le point. Je n’ai pas été déçu par le lieu, juste à côté d’Odéon ou de Saint-Michel, et donc à quelques minutes de marche de l’hôtel, passant par le jardin du Luxembourg, le Sénat, le théâtre de l’Odéon puis l’académie de Médecine et l’université René Descartes : tant de lieux mythiques et prestigieux.

Me voilà arrivé à La compagnie de Bretagne. Une crêperie que je qualifierai de « meilleure de Paris », sans trop d’hésitation ! Tout d’abord le cadre. Ensuite la qualité. Si j’ai bien suivi, c’est un chef étoilé qui a mis cette crêperie en place, et en tout cas c’est excellent. Les photos valent mille mots, alors je vous laisse juges. Ah, un dernier détail : le menu du midi propose pour 16.50 euros une formule excellente et copieuse : galette (bar aux , grondin et saint-pierre), crêpe (caramel au beurre salé, ou chocolat de Sao Tomé), verre de cidre (médaille d’or 2011) et café (Nespresso). Si, si ! 16 euros 50 pour tout cela !

La Compagnie de Bretagne

9 rue de l’Ecole de Médecine (Métro Odéon) 75006 Paris

tél (réservation conseillée) : 01 43 29 39 00  / www.compagnie-de-bretagne.com

 (je ne suis pas payé pour faire de la pub… c’est juste que j’aime cette crêperie et qu’elle mérite à être connue !)

L’entrée :

Le menu, excellent rapport qualité-prix. La carte est pas mal non plus, notamment les pommes façon tatin en crêpe et pot de crème. Je n’y ai pas eu droit mais ai vu la chose passer chez mon voisin de table : juste extraordinaire !

Ils proposent également à la vente différents produits de Bretagne.

et notamment le célèbre Kig-Ha-Farz, un plat typiquement breton qu’il devient difficile à trouver. A déguster sur place ou à emporter…

L’accès aux toilettes m’a donné l’occasion de voir la cave à cidres et poirés :

Et voilà ma galette de grondin et saint-pierre, accompagné d’un ramequin de velouté de potiron que l’on ne voit pas sur la photo. Très belle présentation, très bon aussi.

Pour la forme, la seconde galette du menu, le bar grillé, ses pousses d’épinard et son citron confit :

Bref, c’est un restaurant que je vous conseille fortement ! Il va de soit qu’il est fortement conseillé de réserver quelques jours à l’avance ! Voici dans la foulée l’avis du site « La fourchette.com », où l’on voit plus de photos et les avis très positifs de la clientèle.

 

Les lecteurs attentifs auront remarqué un anachronisme dans ma narration. Je suis en fait arrivé en fin de matinée sur Paris pour y manger des galettes, puis ai continué ma journée pour un brin de shopping. Les photos de la nuit tombée, du côté de l’Académie française et de la tour Eiffel datent en réalité de la semaine dernière, lorsque j’ai fait mon tour à Polytechnique. Mais ce n’est que du détail.

Shopping : Chez Howard’s

Quand je passe sur Paris, je fais le plein de chemises et cravates chez mon fournisseur favori : Howard’s, non loin de la gare St Lazare, mais on peut également désormais y passer commande via Internet. J’y suis un habitué depuis des années (j’avais écrit un billet d’ailleurs ici, en 2006), et pour une simple raison : je n’y ai jamais trouvé de meilleures chemises que chez Frédéric, le patron du magasin. Il est de plus très bon conseil et saura consacrer le temps nécessaire au choix de la bonne chemise, de la cravate et des boutons de manchette assortis. Tout est fait main, en Normandie, et si on le souhaite sur mesure, à un niveau de détail inimaginable : 6 ou 7 cols au choix, des milliers de types de tissus et couleurs différents, des coupes de boutonnière, manchette, broderies, poches, et tout ce qu’on peu imaginer totalement au choix. Il suffit de demander ! Pareil pour les cravates, pochettes et noeuds pap’, sur mesure et soie brodé, cela va sans dire ! Bien entendu si on n’a pas le temps, on peut également acheter du « prêt-à-porter », mais également de très haute qualité. Je précise pour les personnes les moins fortunées, que tout comme la crêperie ci-dessus, Howard’s ne propose pas des prix excessifs, une chemise allant de 75 à 100 euros pour un tissu et une finition exceptionnelle. A titre de comparaison avec les chemises « de chaînes » que l’on trouve partout, celles-ci durent 3 à 4 fois plus longtemps vu que le tissu et le col sont bien plus épais, c’est donc avec plaisir que je ne me fournis plus que chez Howard’s ! Et si vous voulez des conseils pour nouer votre cravate ou votre noeud pap’, plier de manière élégante votre pochette, Frédéric vous apprendra tout ce qu’il faut !

Howard’s

45 rue d’Amsterdam (Métro Liège) 75009 Paris

tél : 01 48 78 25 71  / www.howards.fr

 (je ne suis pas payé pour faire de la pub… c’est juste que j’aime ce magasin et qu’il mérite à être connu !)

Voici le résultat des courses (désolé pour les photos, prises à l’hôtel avec un éclairage très mauvais) :

On voit que la qualité est là :

Ce qui donne ceci sur moi : A part le fait que je n’ai pas pris le soin de me peigner, cela rend plutôt pas mal pour une soirée habillée !

Jours 2 et 3 : les cours…

Je n’ai pas pris de photos de mes cours aux Mines de Paris. Sachez cependant que l’ambiance y était très bonne, la promotion étant composée d’élèves assidus et sympathiques ! Il me semble qu’eux, ont pris quelques photos que je leur demanderai 😉 Voici cependant pour donner une idée du lieu, à quoi ressemble cette célèbre institution qui se trouve dans le jardin du Luxembourg, et abrite également l’un des plus grands musées de minéralogie du monde, bien que très méconnu (il faut entrer dans l’école, ce que les touristes ne font généralement pas).

Et ma salle de classe (la même chaque année) donne sur ce parvis du Jardin du Luxembourg. Très classe !

Rapide visite du musée de minéralogie à l’issue du second jour de cours, car j’avais un peu de temps libre après avoir libéré mes étudiants !

Dernier jour : Paris by day

Je ne suis pas rentré vendredi soir, mais samedi. Histoire de voir du monde et de me balader dans Paris. Et curieusement à chaque fois je découvre de nouveaux quartiers, de nouvelles rues ! On peut avoir passé des années à Paris et ne pas la connaître…

Ici, vous aurez reconnu la Seine et Notre-Dame. Un grand classique.

A l’extrémité de l’île se trouve le mémorial aux déportés de la seconde guerre mondiale. Un lieu à la symbolique très forte, qui ne laisse pas indifférent.

Poursuivant vers le nord, je me suis retrouvé dans le Quartier de l’Horloge, près de Beaubourg. Je ne connaissais même pas ! Puis au CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers), où un musée de la technique expose de nombreuses pièces et prototypes rares. Et même une statue de la Liberté minature… encore une (il y en a plusieurs sur Paris, le saviez-vous ?)

Poursuivant la balade au gré des ruelles, je me suis également retrouvé rue Cadet, où j’avais entendu parler du musée de la Maçonnerie, et que j’ai visité par curiosité car il y a tellement de racontars qu’on ne sait plus à quel saint se vouer (!). On y apprend beaucoup de choses, en tout cas, et notamment les aspects historiques du sujet.

Après tous ces musées, il était temps de reprendre mon train, et de passer par le Subway … mais lequel choisir ? !!!

Me voilà aujourd’hui rentré… mais quelle neige !!! C’est la suisse 😉

… et si je trouve le temps de bloguer, je vous parlerai de ma visite du CERN il y a 2 semaines dans le cadre de l’Assemblée Générale des Supélec Suisse, de mon week-end à Edimbourg (toujours avec les Supélec) et d’autres séquences sympathiques… Ce n’est pas parce que je ne blogue plus trop que je ne fais plus rien, bien au contraire !

Passez de bonnes fêtes de fin d’année 😉

 

No Comments »

Bruno Kerouanton on décembre 2nd 2012 in Conferences - Speakings, Culture

Trackback URI | Comments RSS

Laisser un commentaire