Le petit Suisse

Il est quand mĂȘme beau, ce passeport!

J’avais omis de vous l’annoncer, mais ça y est… je suis officiellement citoyen Suisse!

Ici en Suisse, ce n’est pas le droit du sol mais le droit du sang qui prĂ©vaut. La procĂ©dure de naturalisation est longue et comporte une multitude de prĂ©requis, d’enquĂȘtes et d’examens. En effet, comme le systĂšme politique suisse est gĂ©rĂ© par strates, chacune d’entre-elles doit se prononcer, et c’est donc au niveau communal, puis cantonal et enfin fĂ©dĂ©ral que les diffĂ©rents comitĂ©s, conseils, gouvernements se sont rĂ©unis pour statuer sur la demande.

Je suis arrivĂ© en avril 2007. Je m’y plais et m’y suis bien intĂ©grĂ©. Mon activitĂ© professionnelle, l’absence de dettes et de soucis envers le fisc et la justice, et bien d’autres facteurs ont Ă©tĂ© Ă©valuĂ©s au fil des annĂ©es suivant ma demande. A priori ça s’est donc bien passĂ©, puisque le conseil communal s’est d’abord rĂ©uni pour voter en faveur du droit de citĂ© communal, que j’ai obtenu il y a environ un an. Cela n’Ă©tant qu’une Ă©tape et n’Ă©tant d’aucune utilitĂ© tant que l’emsemble du processus ne soit terminĂ©. Il m’a aussi fallu passer des tests de culture gĂ©nĂ©rale (histoire-gĂ©o, Ă©conomie, politique, civisme etc.) sur la Suisse et un entretien de motivation.

Dans les annĂ©es 70, un film avait Ă©tĂ© tournĂ© sur ce sujet, Les Faiseurs de Suisses. Je ne sais pas si ce qui y est narrĂ© est toujours d’actualitĂ© mais les critĂšres d’admission Ă  la naturalisation ont Ă©tĂ© renforcĂ©s dĂšs le 1er janvier 2018. Je vous avoue que durant la procĂ©dure, soit presque 3 ans, j’ai quand mĂȘme bien stressĂ©. Il peut vous arriver tant de mĂ©saventures…

Au tout dĂ©but en 2007 j’Ă©tais bĂ©nĂ©ficiaire d’un permis de travail type « B » que j’ai troquĂ© contre un permis d’Ă©tablissment de type « C » au bout de 5 ans, et renouvelĂ© une fois. La mention « livret pour Ă©trangers » est claire: on a beau rĂ©sider, on n’est pas citoyen!

523 AuslĂ€nder kaufen Schweizer B-Bewilligung – die ...

Donc voilĂ . je me sens plus libre avec mon passeport. Libre par exemple de voyager Ă  l’Ă©tranger sur une longue pĂ©riode sans devoir revenir rĂ©guliĂšrement justifier de ma rĂ©sidence, par exemple.

Il me reste une formalitĂ©. En dĂ©cembre prochain je serai invitĂ© Ă  la cĂ©rĂ©monie officielle oĂč je devrai prĂȘter serment devant le Gouvernement. Mais le plus difficile est passĂ©! Peut-ĂȘtre est-ce la raison pour laquelle j’ai aussi redĂ©marrĂ© mon blog et d’autres activitĂ©s.

Ce contenu a été publié dans General. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le petit Suisse

  1. Olivier M. dit :

    FĂ©licitations pour votre parcours et dĂ©jĂ  tout de bon pour le service militaire 😉

  2. Zythom dit :

    Bonjour Bruno,
    FĂ©licitations !
    Plusieurs fois, quand je m’imagine changer de pays pour aller vers une terre plus en adĂ©quation avec mes valeurs, je pense Ă  la Suisse, et sa dĂ©mocratie.
    Mais je m’interroge sur la rĂ©alitĂ© de la vie dans ce pays que je ne connais pas, mais qui pourtant me fait rĂȘver.
    Cela serait un angle d’Ă©criture de nombreux billets sur la question, non ?
    Zythom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *